Taslimy Diaby Gassama, Secrétaire aux Relations extérieures de la Fédération GéCi de France a posté la reflexion suivante :

Les événements de Coyah démontrent à suffisance que la psychose s’est emparée des populations.

Cette peur panique résulte du climat délétère et le manque de réactivité des autorités.

Donc, il est de la responsabilité de l’Etat de rassurer les populations et de prendre les mesures idoines, afin que pareille situation ne se répète plus.

Le 1ER rôle de vigie à l’intérieur du pays, revient aux populations et aux chefs de quartiers, qui devraient être connus de tous et acceptés par le plus grand nombre. C’est pourquoi, la GéCi a condamné le hold-up de la démocratie à la base lors des élections locales, où les partis politiques n’étaient pas initialement concernés.

Aujourd’hui, il est à craindre que la moindre rumeur n’ait des conséquences similaires, avant que la vérité ne soit rétablie.

Une enquête sérieuse devrait être menée auprès de ceux qui ont colporté cette information.

Il n’y a pas de paix durable sans la confiance.